Mort du sergent chef Thomas DUPUY du CPA 10 au Mali

Publié le par Union Nationale des Parachutistes Ain Bugey

   dupuy-20141029---Copy.jpg
Au cours d’une opération héliportée visant le camp d’un groupe jihadiste dans le massif de Tigharghar, dans le nord du Mali, le sergent-chef Thomas Dupuy, du Commando Parachutiste de l’Air n°10, a été mortellement touché au cours des combats de ce mercredi 29 octobre. Deux autres militaires ont été blessés.
    th.jpg 
Le Commando Parachutiste de l'Air n° 10 ( tout comme le CPA 20 de Dijon et le CPA 30 de Bordeaux), est une unité parachutiste de l'armée de l'air, rattachée directement au commandement des opérations spéciales (COS). Spécialisé dans les opérations de renseignement en milieu hostile et de commando, le CPA 10 est particulièrement destiné à la désignation d'objectifs et le guidage laser des munitions, la reconnaissance, la saisie et la remise en œuvre de zones aéroportuaires, le contre terrorisme, la libération d'otages, les sauts en parachute à très grandes hauteurs, les assauts lourds et le déploiement de tireurs d'élite
Comptant près de 250 personnes, le CPA 10 est basé sur la sur la BA 123 Orléans-Bricy dans le Loiret. Présents sur tous les théâtres d'opérations, les hommes des CPA font partie des troupes d'élite de l'armée française. Coin-CPA10_150_tr-copie-1.gif
 
Né le 18 mai 1982 à Toulouse, Thomas Dupuy a 23 ans quand il s’engage en qualité d’élève sous-officier au sein de l’armée de l’Air. Il est successivement nommé caporal, le 1er novembre 2005, puis caporal-chef, le 1er janvier 2006 et sergent le 1er mars 2006 . portrait-du-sergent-chef-thomas-dupuy_article_demi_colonne.jpgNommé sergent à l’issue de sa scolarité à l’École des sous-officiers de l’armée de l’air de Rochefort, il rejoint l’Escadron des fusiliers commando de l’Air, à Dijon, pour y suivre sa formation spécialisée. Le 9 octobre 2006, il est affecté au CPA n°30 de Bordeaux-Mérignac, où il sert au groupe Rapace puis à la cellule MASA (mesures actives de sûreté aérienne) en qualité de tireur d’élite. Il intègre ensuite un module « Personnel Recovery » (Récupération de personnel). Au début de l’année 2007, il effectue une mission au Togo et assume les responsabilité de chef de poste de commandement de la protection. Deux ans plus tard, il est affecté au CPA n°10 d’Orléans et rejoint le groupe 12C en tant que chuteur opérationnel. Après un déploiement à Djibouti, il est engagé, en 2011, sur alerte dans la bande sahélo-saharienne (BSS) en qualité d’équipier groupe action. « Il s’est particulièrement distingué en apportant un soutien sans faille à son chef, dans la préparation à l’engagement du groupe, lors d’un saut opérationnel à grande hauteur sur une zone d’opération tenue par des preneurs d’otages, tout cela dans des conditions difficiles et dans des délais extrêmement réduits », souligne le Sirpa Air. Grâce à ses qualités de combattant et son comportement toujours exemplaire, il est cité en exemple et reçoit la Croix de la Valeur Militaire avec étoile de bronze.
 
Toujours en 2011, le jeune sous-officier s’est une nouvelle fois distingué en Afghanistan. Une fois, pris à partie par des insurgés au cours d’une mission d’infiltration en territoire hostile, il a pu appuyer efficacement le désengagement « d’éléments amis ». Plus tard, il ripostera efficacement alors que son groupe est pris sous le feu des rebelles. Il sera toutefois blessé par des éclats de roquette. Son comportement, encore exemplaire, lui vaudra l’attribution de la Croix de la Valeur militaire avec étoile d’argent.
Promu sergent-chef le 1er juillet,  il avait rejoint le Mali depuis le 2 août dernier. Il était « un spécialiste reconnu dans des domaines aussi variés que l’appui aérien, les transmissions opérationnelles et le saut à ouverture à très grande hauteur ». D’après sa hiérarchie, il était aussi un « élément incontournable de son groupe » et un « camarade apprécié de tous ».
Le sergent–chef Thomas Dupuy était titulaire de la Croix de la Valeur militaire avec étoile d’argent et étoile de bronze, de la médaille d’outre-mer agrafe Sahel et République de Côte d’Ivoire, de la médaille d’argent de la défense nationale et de la médaille des blessés.
Âgé de 32 ans, il vivait en concubinage, sans enfant. Il est mort dans l’accomplissement de sa mission au service de la France.
Que Saint Michel l’accueille auprès de lui.
 

Publié dans Ils nous ont quitté

Commenter cet article