Le Général Lucien Le BOUDEC est décédé

Publié le par Union Nationale des Parachutistes Ain Bugey

Un des grands soldats de l'après-guerre, un parachutiste, est décédé la nuit dernière à l'hôpital militaire Bégin de Paris, à l’âge de 90 ans.

capita11.jpg

Le Capitaine Le BOUDEC en 1956 en Algérie

Lucien Le BOUDEC était né le 18 janvier 1923 à Paris. Fils d’une jeune bretonne jetée hors de chez elle par sa famille pendant sa grossesse, il avait raconté son enfance difficile dans ses mémoires (Élevé à la dignité, Éditions Lavauzelle). D’origine très modeste, Lucien Le BOUDEC envisageait d’être prêtre, instituteur, météorologue… Mais la guerre en a décidé autrement. Pour échapper au Service du travail obligatoire (STO) pendant l’Occupation, il avait rejoint le maquis et la Résistance au 8eme bataillon FFI du Morbihan, qui prit ultérieurement le nom de 19eme Dragons et ensuite celui de 8e bataillon de Chasseurs d’Afrique. Engagé volontaire en août 1944, il  intègre l’École Militaire Interarmes de Saint-Cyr Coëtquidan en 1946. Une fois breveté parachutiste, il rejoint la garnison de St Brieuc où les bataillons en partance pour l’Indochine sont en formation. C'est là qu'il rencontrera pour la première fois un certain Bigeard.  

Il effectue un premier séjour en Indochine de 1949 à 1951, comme chef de commando au 6ème B.C.C.P. Il y est blessé par balle et cité à trois reprises. De retour en Indochine en 1952 avec le 6ème B.P.C. (Bataillon Bigeard) comme commandant de compagnie. Il s’illustre au Tonkin et au Laos avant d’être parachuté sur Diên Biên Phù où il est quatre fois blessé et cinq fois cité. En 1954, alors Capitaine, il est fait prisonnier à la chute de Dien Bien Phu et révèle pendant quatre mois de captivité les plus hautes qualités morales. En avril 1956 il rejoint le 3ème R.P.C. du colonel Bigeard en Algérie pour y commander l’escadron. Il y est cité à deux reprises.

Après un séjour au 7ème R.P.I.Ma à Dakar de 1960 à 1963, il prend, à l’Ecole des Troupes Aéroportées de Pau, les fonctions de directeur de l’instruction combat puis, à Coëtquidan, les responsabilités de directeur des sports et de l’instruction TAP. En août 1968, il se voit confier le commandement du 2ème R.P.I.Ma à Madagascar. En 1971, il est affecté à l’E.I.S. de Fontainebleau d’abord comme Directeur de l’instruction puis comme chef d’état major. En 1976, il devient l’adjoint du général commandant la 2ème D.B. à Versailles. Il est nommé général de brigade le 19 janvier 1980

                                           le boudec 2

Cinq fois blessé et onze fois cité, dont six fois à l’Ordre de l’Armée, le Général Lucien Le BOUDEC était titulaire de nombreuses décorations et notamment :

•Chevalier de la Légion d’honneur en octobre1952

 •Officier de la Légion d’honneur à titre exceptionnel en mai 1954

•Grand Officier de la Légion d’honneur en septembre 1980

•Grand' Croix de la Légion d’honneur par décret du 13 mai 2009.

•Grand-Croix de l'Ordre National du Mérite

                     515ICQRk-1L._.jpg Le_Boudec_photo_couv_shop.jpg

                            Deux ouvrages écrits par Lucien le BOUDEC, ................à lire

 

 

Publié dans Ils nous ont quitté

Commenter cet article