Jean Yves SOCARD, ancien du 3ème RPIMa, tué au Yémen

Publié le par Union Nationale des Parachutistes Ain Bugey

La presse nationale et les médias en général ont donné peu de résonnance à cette affaire.

Le 7 mai 2014, des véhicules de la délégation de l’Union Européenne au Yémen sont pris pour cible par des hommes armés, dans le quartier diplomatique de Hadda, dans le sud de Sanaa. Un des véhicules d’escorte dans lequel se trouvent un chauffeur yéménite et deux français sous contrat avec la société de sécurité privée Argus Group est touché. Le chauffeur et un des français sont blessés, le deuxième français ne survivra pas à ses blessures. Ce dernier, le chef du détachement de sécurité qui a 50 ans est bien connu à Carcassonne ou réside sa famille, c’est Jean Yves SOCARD un ancien caporal chef des forces spéciales du 3ème RPIMa . images-copie-1

Appelé du contingent comme volontaire service long ( VSL) au 6ème RPIMa , en 1983, il est déployé à Beyrouth. Après l’attentat contre le Drakkar le 23 octobre où 58 parachutistes français trouvèrent la mort, le très jeune Jean-Yves Socard, para de 18 ans, est de garde à l’ambassade de France. Malgré le contrôle des rues, un véhicule fonce vers l’ambassade. Jean-Yves est armé d’un FSA 49/56 avec lance-grenade. Il tire à plusieurs reprises sur le véhicule et blesse des occupants. Son sang-froid, avec une arme quelque peu dépassée, force l’admiration de ses camarades. Pour cette action de bravoure personnelle lors d’une tentative d’attentat, il recevra la Croix de la valeur militaire.

Il s’engage ensuite et rejoint le 3ème RPIMa. Ayant obtenu toutes les qualifications de chuteur opérationnel, il sera un des moteurs du Groupement de Commandos Parachutistes du 3. Après le Liban, Jean-Yves Socard effectuera de nombreuses opérations extérieures et missions outre-mer : Bosnie, Tchad, RCA, Congo, Gabon, Irak, Kosovo, La Réunion, Nouvelle Calédonie. Il participe à l’opération Daguet à partir de janvier 1991 au sein des CRAPS. Il sera grièvement blessé lors de la prise du Fort d’Al Salman. Pour ce fait d’arme, il recevra la Croix de guerre. Encore convalescent, il est volontaire pour participer à l’opération Silopi au Kurdistan. La mission est alors de créer, avec des militaires américains, italiens, britanniques et espagnols, un couloir humanitaire jusqu’à la frontière turque entre la ville kurde de Zakho et la ville turque de Silopi où est stationné le QG américain.  socard.jpg

Après plus de vingt ans de carrière militaire, il retourne à la vie civile en 2004 et entame une reconversion dans la sécurité privée, effectuant à ce titre de nombreuses missions à l’étranger, notamment et pour celles qui sont connues en RCA, République Démocratique du Congo, Guinée, Mali, Soudan….Ses obsèques ont eu lieu le 19 mai 2014 à Carcassonne. 201405201543-full.jpg

Jean-Yves SOCARD était un des Caporaux Chefs les plus décorés et était, entre autres décorations, chevalier de la Légion d’Honneur, médaillé militaire, croix de guerre des TOE, croix de la valeur militaire, médaille des blessés

Saint Michel l’a accueilli à la lumière de son épée, il avait peut-être besoin de lui pour d’autres célestes missions…

 

Publié dans Ils nous ont quitté

Commenter cet article