70ème anniversaire des executions du 9 juin 1944 à Chatillon La Palud

Publié le par Union Nationale des Parachutistes Ain Bugey

Répression Nazi sur Gévrieux et Chatillon la Palud  le 9 juin 1944

Début juin 1944, le débarquement en Normandie a eu lieu, la section de maquisards de Chatillon la Palud est commandée par le sergent chef Louis CARTEAU qui dirige les opérations de harcèlement des troupes Allemandes stationnées autour de Gévrieux. Des accrochages organisés en différents lieus rendent difficile les déplacements des troupes d’occupations, au cours de ces escarmouches le  maquis déplore un mort, Monsieur TRUCHON. Le dimanche 9 juin 1944 autour de 10 heures, des éléments de la milice et un régiment composé de mongols enrôlés dans l’armée Allemande font irruption dans Gévrieux et prennent position autour des habitations, tirant en continu au fusil mitrailleur en direction du coteau. Après un certain temps qui paru bien long aux habitants, toutes les maisons sont fouillées, les hommes emmenés brutalement vers le carrefour et alignés face à un mur du café.  Plusieurs fois dans la journée, les militaires allemands  se mettent en position et manœuvrent leurs armes dans le dos des otages simulant une exécution. L’opération de fouille se  répète plusieurs fois au court de la journée ; terrorisant femmes et enfants.

Prévenu de ce qui se passe, Mr l’Herbette maire de Chatillon la Palud revient volontairement du maquis où il se trouvait avec ces compagnons et se livre aux allemands pour tenter d’éviter le pire. Il est fusillé en bordure du chemin de la Grange Bernet par la milice. Parallèlement, Jean Baptiste CARTEAU, père du sergent chef Louis CARTEAU et grand père de notre membre et ami Roland CARTEAU est sommairement exécuté devant sa maison au quartier du Puits. Enfin pour faire encore plus de mal, les mongols déchainés mettent le feu à quatre maisons dans différents quartiers du village et à celle où habitait la famille CARTEAU. Roland et sa mère devront la vie sauve à la voisine Melle ROBIN qui leur évitera de périr dans l’incendie.

 En fin de journée , les troupes mongols quittent Gévrieux et sont remplacées par un détachement de troupes régulières de la Wehrmacht venu de Leyment. C’est la qu’intervient l’abbé BOUTINEAU qui dirigeait à l’époque au château Ferrié une maison de jeunes enfants d’officiers Français et d’enfants de parents engagés dans la libération de la France. Sa connaissance parfaite de la langue allemande va lui permettre d’intervenir et de négocier avec les officiers allemands la fin de cette répression inutile sur des civils, les otages sont relachés. La commune de Chatillon La Palud-Gévrieux sera finalement libérée par les troupes américaines le 1 er septembre 1944.

Photos et montage réalisés par

  Myriam LOZANO

http://chatillonlapalud.centerblog.net/

Publié dans ACTUALITE

Commenter cet article