Décès de Bernard LEDOGAR, ancien du 6ème BPC, rescapé de Dien Bien Phu et du camp N° 42

Publié le par Union Nationale des Parachutistes Ain Bugey


Bernard LEDOGAR était né le 8 novembre 1933 à Weiterswiller, dans le Bas-Rhin. Il est le dernier de six enfants. Orphelin de mère à un an, son père ne pouvant plus s'occuper de lui, à l'age de 7 ans, Bernard est confié au Secours National, d’abord à Saint-Maurice de Rémens dans l'Ain, ensuite à Talloires, en Haute-Savoie, puis à Rosans, dans les Hautes-Alpes. Il est alors allé si peu à l’école qu’il ne sait ni lire, ni écrire et ne parle que l’allemand. Confié à la garde de sa soeur, en 1942, il revient sur Lyon et celle-ci lui trouve une place de garçon vacher dans une ferme de Savigny, puis dans une autre ferme jusqu’en 1945. Après la guerre, retourne en Alsace où à dix sept ans, il travaille aux Forges de Strasbourg, à cisailler de l’acier toute la journée.

Le 2 avril 1953, il signe son engagement dans les parachutistes et il se retrouve au camp de Meucon, commandé par le lieutenant-colonel Langlais. C’est un excellent tireur FM, noté 20/20.  Il rejoint le Centre d’Instruction des Troupes Coloniales de Fréjus où il apprend l’art de l’embuscade, la natation, les sauts en mer, tout ce qu’un commando doit savoir. En janvier 1954, il embarque pour Saigon, sur l’Athos 2. Il apprend le français avec un turc et un italien. Il a 21 ans. Affecté à la 4è Cie du 6è BPC, il est jeté dans le grand bain : accrochages avec les viets, à la frontière du Laos et de la Thaïlande ; sa grande taille et sa musculature le désignent d’emblée pour être pourvoyeur du tireur FM 24/29, puis tireur FM, lesté à la fois de l’arme et des munitions. Le 16 mars, les 613 paras du 6è BPC de Bigeard sautent sur Diên Biên Phu alors que la bataille a commencé depuis le 28 février. Les coups de mains et les reconnaissances s’enchaînement presque sans interruption.Le 27 mars, deux compagnies montent à l’assaut d’une crête tenue par un poste d’artillerie viet. Les combats sont au corps à corps ; Bernard, à court de munitions, se bat à la pelle-pioche. Il est nommé 1ère classe au feu. On manque de brancardiers. Bernard porte un blessé sur son dos et en traîne un autre vers l’abri du médecin-lieutenant Madelaine. Le 2 mai 1954, blessé au bras, il fait partie des cohortes de prisonniers, qui sont emmenés vers les camps après une marche d'un mois. Libéré il est récupéré avec les survivants de son camp par  une commission internationale mise en place par les accords de Genève. Il a perdu 41 kilos et est conduit à l'hôpital Lanessan d'Hanoï, puis à Dalat pour se rétablir, avant d'être rapatrié sur la France. Il rempile et signe un nouvel engagement et est désigné pour continuer ses services en AFN. Au 3è RPC, il est à nouveau sous les ordres de Bigeard. Ce sera Suez, l’Algérie, le Sénégal avec le 7ème RPC, à nouveau l’Algérie comme armurier au 8è RPIMa et, le 2 avril 1961, son engagement prend fin.

Après 9 ans d’armée, Bernard a eu une longue carrière civile comme mécanicien, chauffeur de poids lourds, gardien d’immeubles HLM. Il a épousée Marie et ils ont eu trois enfants qui leur ont donné neuf petits enfants et trois arrières petits enfants.
Il a fait partie des Arquebusiers de France, où il a pu s’adonner à sa passion des armes anciennes et du tir lors de reconstitutions historiques. Il a fait également partie de plusieurs amicales, de l’Association nationale des anciens prisonniers internés déportés d’Indochine, des Médaillés de la Légion d’Honneur décorés au péril de leur vie, du Groupement National des Combattants d’Indochine et, depuis 15 ans, de la section UNP de Lyon.

Le première classe Bernard LEDOGAR, une citation à l'ordre de la division et une citation à l'ordre de l'armée, était officier de la Légion d'Honneur, Médaille Militaire, Croix de Guerre des TOE avec palme et Croix de la Valeur Militaire avec étoile d'argent.


Il a aussi écrit un livre de mémoire '' Soldat de la République'', et a collaboré à plusieurs ouvrages sur la guerre d'Indochine.

 

 

Il a bien mérité sa place auprès de Saint Michel 

 

 

Commenter cet article