35ème anniversaire du crash du Nord Atlas 140 à Djibouti

Publié le par Union Nationale des Parachutistes Ain Bugey

Le 3 février 1982, deux nord Atlas décollent à 7H00 pour un saut d’entrainement sur la zone de GAYO YARE, au nord-ouest de Djibouti.

La météo qui n’était pas très bonne se dégrade. Alors qu’ils sont encore en phase de montée l’avion leader vire à gauche et quitte la formation en direction de Tadjoura. Le second Nord, piloté par le commandant LORENZI, continue sa route conformément au plan de vol, et essaye de contacter le leader pour savoir ce qu’il se passe. Il n’aura jamais de réponse car le Nord 2501 N° 140, code 88-JA vient de s’écraser au sommet du mont Garbi à 1600 mètres d’altitude ; il n’y aura aucun survivant, 36 militaires sont morts dans le crash.

Aux commandes du Nord 140, le Commandant DALMASSO comme commandant de bord, le Capitaine COUILLAUT copilote, le Capitaine TADDEI navigateur et l’Adjudant-chef DAENINCKX mécanicien de vol. Avaient pris place à bord comme sautants, le capitaine PHILIPONNAT, quatre sergents, quatre caporaux-chefs, quatre soldats de première classe et douze légionnaires, tous de la deuxième section de la 4ème compagnie du 2ème REP. L'avion avait été complété avec un officier et un caporal de la 13ème DBLE, deux officiers de l’EMIA Djibouti, et un moniteur largeur du commando Jaubert.

Le 88-JA en vol, quelques jours avant le crash. Mis en service le 3 février 1982, il avait été l'un des tous premiers Noratlas à recevoir la livrée sable, marron et vert parmi les sept qui seront peint ainsi

Le 88-JA en vol, quelques jours avant le crash. Mis en service le 3 février 1982, il avait été l'un des tous premiers Noratlas à recevoir la livrée sable, marron et vert parmi les sept qui seront peint ainsi

Dans ce drame, et comme chaque fois, le destin a frappé certain ou en a sauvé autres. Comme souvent le plan d’embarquement est modifié en fonction d’impératifs de dernière minute L’adjudant chef FAYOLLE de la 13ème DBLE, qui devait assurer le largage est remplacé au dernier moment par un moniteur du commando Jaubert, le maître Jean-Paul GLOANEC. L’adjudant MERMOZ, responsable du DTMPL qui avait fait préparer l’opération de saut et les parachutes doit changer d’avion. Il ne sera comme prévu pas dans le Nord N°140, il sera dans l’autre car les deux officiers TAP de Djibouti, le capitaine GROULLE du COMFOR et le capitaine CHANSON de la 13ème DBLE, doivent sauter dans le même avion. Pas de chance non plus ce jour la pour le caporal Guy LAURIOL, légionnaire plieur à la SEPP, c’est lui qui avait été désigné pour sauter et organiser la récupération des parachutes au sol…

Obsèques en présence du Ministre des Armées, Charles HERNUObsèques en présence du Ministre des Armées, Charles HERNU

Obsèques en présence du Ministre des Armées, Charles HERNU

Chaque année, cette tragédie est commémorée à Calvi où une stèle a été érigée. La liste des 36 victimes, ‘’décédées en service aérien commandé’’, est lue chaque fois au cours de la cérémonie, par des anciens du REP.

35ème anniversaire du crash du Nord Atlas 140 à Djibouti
35ème anniversaire du crash du Nord Atlas 140 à Djibouti

Regardez vos carnets de saut, il n'est pas impossible que vous ayez été transportés par le commandant DALMASSO ou le Capitaine COUILLAUT, à Djibouti pour ceux qui y étaient, mais aussi à l'ETAP où il ont effectué de nombreux largages dans les années 1970/1975.

Commenter cet article