Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le colonel (er) Robert SEJALON, une figure du 1er RCP, est décédé

Le Colonel (er) Robert SEJALON s’est éteint le 27 septembre 2016 à l’âge de 94 ans. Il s’était  engagé dans l'armée de l'Air à 18 ans, le 14 mai 1941, pour passer en Algérie et être de ceux qui libéreront la France. Volontaire parachutiste, caporal puis caporal-chef, il participe à toutes les offensives du premier régiment de chasseurs parachutistes avec la Première armée, jusqu'à la libération du territoire national, en particulier dans les Vosges et en Alsace, dans l'hiver terrible de 1944-1945. Entre autres exploits, lors d'un assaut, il sera l'un des six rescapés de sa section. Il reçoit la Croix de guerre pour s'être distingué particulièrement en se portant sous le feu de l'ennemi, au secours des blessés de sa compagnie. Nommé sergent, il rejoint l'école spéciale militaire à Saint-Cyr-Coetquidan et est nommé sous-lieutenant, le 26 décembre 1945.

Chef de section au troisième bataillon du 1 er RCP, il forme la première compagnie de légion parachutiste à l'école de sauts du Tonkin, commande la section de parachutage d'Indochine Nord, puis participe aux opérations aéroportées de l'automne 1948. Il est cité à l'ordre de l'armée pour avoir détruit au cours d'une embuscade 31 adversaires dont un chef de section japonais, pris à l'ennemi 3 mortiers, 2 lances grenades, un tromblon VM, 2 fusils et un stock de munitions. Il sera cité à l'ordre de l'armée. En 1949, il s'est distingué en sauvant une situation critique par une résistance durant cinq heures face à un adversaire très supérieur en nombre, et fut l'un des principaux artisans de la réussite de son unité. Cité à l'ordre du Corps d'armée pour cet exploit. Comme chef de base aéroportée, c'est toute sa section qui recevra un témoignage de satisfaction pour la qualité du travail accompli.

Muté au Laos en 1949, malgré les tirs ennemis, il a réussi un largage sur un poste encerclé par les rebelles. L'avion touché dans ses parties vitales s'écrasera dans les montagnes. Il réussira à rejoindre un poste ami après des efforts surhumains. Dans des conditions très pénibles, se frayant un passage dans la jungle, il ne retrouvera sa base qu'après un mois. Cet exploit sera récompensé par une citation à l'ordre de l'armée et la légion d'honneur.

De 1955 à 1962, il participera aux opérations de maintien de l'ordre au Maroc et en Algérie et sera encore cité deux fois. Actif dans la réserve, il recevra quatre témoignages de satisfaction et trois lettres de félicitations.

Le Colonel SEJALON était commandeur de la Légion d'honneur, grand officier de l’ordre national du mérite, croix de guerre 39-45, croix de guerre TOE, croix de la Valeur militaire.

Tag(s) : #Ils nous ont quitté

Partager cet article

Repost 0